Le crowdfunding Outre-Atlantique

Le crowdfunding Outre-Atlantique

Catégorie : Crowdlending, Crowdfunding, | Publié le 29/10/2015 | Il y a

Saviez-vous que la Statue de la Liberté, l'emblème le plus représentatif des Etats-Unis, a été construite selon le principe du financement participatif ? Petit tour dans le berceau du financement participatif

Sculptée par Auguste Bartholi en 1886, elle est le fruit de contributions de certaines villes, de chambres de commerces, de conseil généraux mais aussi de particuliers français. Les Etats-Unis sont incontestablement le pays où le crowdfunding s'est le plus tôt et le mieux développé : ce système est né dans les années 2000, pour financer dans un premier temps des projets artistiques. Aujourd’hui, selon l'institut de recherche Massolution, le pays représente 59% des sommes levées dans le monde, contre 35% pour l'Europe.

Les leaders

Les sites phares sont Kickstarter et Indiegogo, des plateformes dites « généralistes ». Kickstarter a déjà passé le milliard de dollars récoltés. Les projets les plus sérieux, comme le financement d'une entreprise créant des combinaisons spatiales, et les plus improbables, comme le musée mondial de la pizza à Philadelphie, sont représentés sur ces sites. En ce qui concerne le crowdlending, c'est Lending Club, lancé en 2007, par un français, Renaud LAPLANCHE, qui est en tête de liste avec déjà plus de 5 milliards de dollars prêtés. Les plateformes de dons sans contrepartie ne sont pas en reste : Gofundme, le leader mondial, compte déjà 420 millions de dollars de dons. Ce sont les jeux vidéos et les projets technologiques qui attirent le plus les investisseurs, avec respectivement 83 et 29 millions de dollars levés. Le site Kickstarter a permis le développement de 911 jeux vidéos et de 312 projets technologiques en 2013.

Un système moins lourd qu'en France pour un développement rapide

Le succès du financement participatif aux États-Unis vient en partie du fait que la législation à ce sujet est bien adaptée : en avril 2012, la JOBS Act (Jumpstart Our Bussiness Startups Act) a été votée, afin de relancer l’économie en misant sur les petites entreprises. Cet ensemble de réformes vise à faciliter l’accès au capital des jeunes entreprises. La JOBS Act vise à démocratiser le système de crowdfunding en equity, jusque là réservé à des investisseurs expérimentés. L’une des mesure phare permet à l’investisseur de participer en fonction de son revenu : 2% si le revenu est inférieur à 40 000 dollars par ans, 5% entre 40 000 et 100 000 dollars par an et 10% pour les revenus de plus de 100 000 dollars par an. Les plateformes de financement participatif doivent être enregistrées auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission), une commission qui se charge de garantir les transferts d’argent. Depuis juin 2015, tous les points de la JOBS Act sont effectifs et approuvés par la SEC.

Le succès du Crowdfunding aux Etats-Unis à induit les pays européens à réformer à ce sujet : la dernière réforme de la France remonte à 2014 et permet d’investir aussi bien sur le territoire français que dans des pays en voie de développement, comme en Afrique. L’objet de cette réforme est de faire de la France le « paradis du crowdfunding », selon Fleur Pellerin, alors ministre du développement numérique.

Partager cet article